En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal MUSE

Laboratoire de Biotechnologie de l'Environnement

Marie-Lou Hillion soutiendra sa thèse de doctorat le vendredi 1er décembre 2017

Lieu et heure :

LBE, 9h30

Titre des travaux :

Optimisation de la digestion anaérobie en voie sèche continue de résidus lignocellulosiques

Ecole doctorale :

Ecole doctorale GAIA, APAB - Agroressources, Procédés, Aliments, Bioproduits

Composition du jury
  • Anne Trémier (rapporteur)
  • Étienne Paul (Rapporteur)
  • Denis Bouyer, Pierre Buffière
  • Renaud Escudié (directeur de thèse)
  • Michel Torrijos (encadrant)
  • Yoann Leblanc (encadrant et DG de Vol-V Biomasse)
  • René Moletta (invité)
Résumé des travaux

La méthanisation de la paille de blé en voie sèche continue présente de nombreux verrous scientifiques et technologiques, du fait de la structure lignocellulosique du substrat, de ses faibles teneurs en nutriments, ainsi que du procédé en voie sèche moins maitrisé et moins étudié qu’en voie humide. Le projet de thèse vise à apporter les informations nécessaires à l’optimisation de la méthanisation en voie sèche continue à écoulement piston de substrats lignocellulosiques, tels que la paille de blé. Une première partie s’est tout d’abord focalisée sur la préparation des intrants : prétraitement mécanique de la paille et co-ensilage avec des déchets végétaux des IAA. Les résultats obtenus mettent en évidence qu’un broyage de la paille de blé grossier à l’échelle industrielle est un prétraitement rentable permettant de maximiser la productivité des méthaniseurs en améliorant les cinétiques de dégradation. Le co-ensilage, quant à lui, est une solution efficace et pertinente pour stocker sur le long-terme le potentiel méthane des déchets facilement dégradables. Les paramètres de conduite du procédé de méthanisation, permettant de maximiser les performances du procédé, ont ensuite été évalués. Les travaux de thèse ont en particulier permis d’acquérir une méthodologie de montée en charge des méthaniseurs et d’identifier les concentrations en nutriments pour éviter une carence de ces éléments. Enfin, les performances de la méthanisation en réacteur à écoulement piston ont été comparées à celles en infiniment mélangé pour juger l’intérêt de la configuration d’un tel réacteur.