En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal MUSE Supagro 3BCar Labex IM2E

Laboratoire de Biotechnologie de l'Environnement

Eric Trably soutiendra son HDR le mercredi 13 décembre 2017

Soutenance de l'Habilitation à Diriger les Recherches d'Eric Trably

Titre des travaux :

Eco-ingénierie de consortia microbiens : « La production d’hydrogène par voie fermentaire comme modèle d’étude »

Lieu et heure de soutenance:

Amphithéâtre de l’IUT de Génie Chimique Génie des Procédés de Narbonne, à 10h

Composition du jury
  • Mme Carole MOLINA-JOUVE  (Prof.), LISBP – INSA  (Toulouse) - Rapportrice
  • M Patrick DABERT (DR), GERE – IRSTEA (Rennes)   - Rapporteur
  • M Jack LEGRAND (Prof.), GEPEA – Univ. Nantes (St Nazaire) - Rapporteur
  • Mme Marion LECLERC (CR), MICALIS - INRA (Jouy-en-Josas)
  • M Eric DUBREUCQ (Prof.), IATE - SUPAGRO (Montpellier)
  • M Pierre FONTANILLE (MdC), GePEB – PolyTech  (Clermont)
  • M Nicolas BERNET (DR), LBE – INRA  (Narbonne)
  • M Jean-Philippe STEYER (DR), LBE – INRA  (Narbonne)
Résumé des travaux

Dans un contexte de transition énergétique et de recherche d’alternatives aux produits « pétro-sourcés », les filières de traitement des effluents et déchets connaissent de nos jours une véritable évolution de leurs activités vers des voies de valorisation de la matière organique en produits  « déchets-sourcés », présentant un intérêt tant environnemental qu’économique et sociétal. Entre autres, du biohydrogène (bioH2) et certaines biomolécules dites plateformes sont susceptibles d’être produites par voie fermentaire par un grand nombre de micro-organismes. Dans un tel contexte environnemental, le potentiel des cultures mixtes microbiennes est particulièrement intéressant au regard de leur flexibilité métabolique permettant de s’adapter à de nombreux types de ressources organiques (effluents, biomasses complexes). Toutefois, cette même diversité microbienne peut conduire à des difficultés de contrôle des bioprocédés notamment vis à vis des spécificités de réaction. 

Ainsi les recherches menées ont pour objectif d’optimiser la conversion de biomasse en bioH2 et Biomolécules par fermentation en cultures mixtes, en agrégeant des connaissances suivant trois objectifs de recherche :

  1. Etudier les processus d’interactions microbiennes au sein de consortia de fermentation de substrats simples, afin de mieux en contrôler les mécanismes (contrôle biotique ou éco-ingénierie des consortia).
  2. Optimiser la mise en œuvre en bioréacteurs des consortia microbiens, sur des ressources organiques réelles (biomasse), en évaluant l’effet des prétraitements et de l’accumulation d’H2 ou de biomolécules sur le métabolisme fermentaire.
  3. Enfin, évaluer l’intégration de ces bioprocédés fermentaires au sein des filières de méthanisation existantes, ou en couplage avec des cellules d’électrolyse microbienne (MEC-H2) (concept de bioraffinerie environnementale).