En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal Logo partenaire

LEPSE

MAGE : Modélisation et Analyse de l'interaction Genotype Environnement

Présentation de l'équipe

Présentation

Nous cherchons à identifier des mécanismes de tolérance à la sécheresse dans une large gamme de scénarios climatiques. Nous analysons pour cela la variabilité génétique des réponses à l'état hydrique du sol, mais aussi à la demande transpiratoire et à la température. L'objectif est d'identifier l'effet d'allèles de gènes sur des des fonctions importantes de la plante (croissance foliaire, développement reproducteur, transpiration) en fonction des conditions environnementales. La composition allélique a été approchée par la génétique quantitative (valeurs de QTLs dans des populations de lignées recombinantes, marqueurs dans des collections de lignées, lignées quasi-isogéniques) Les effets de gènes particuliers sont étudiés sur des plantes transgéniques, par exemple sur la biosynthèse d'acide abscissique ou les aquaporines. Le maïs est la principale espèce modèle, avec un programme plus récent sur le riz. Les principales méthodes utilisées sont :
- L'analyse temporelle de la vitesse de croissance (feuilles et soies) et de la transpiration, analysées conjointement avec les variations de conditions environnementales et avec l'état hydrique ou carboné des plantes (pas de temps : 15 min à un jour). Ceci est mené sur une plate forme de phénotypage (PHENODYN) comprenant une serre et une chambre de culture, équipés de capteurs d'état hydrique et de température du sol, de l'air et des plantes. 
- L'analyse temporelle du développement, en termes d'apparition d'organes (feuilles, organes reproducteurs, soies) 
- L'analyse spatiale des fonctions étudiées, par exemple l'expansion des tissus, la division cellulaire, l'apparition des organes, avec des analyses cinématiques
- La modélisation des fonctions étudiées
- L'analyse génétique des paramètres de modèles, en termes de QTLs ou de l'effet d'allèles spécifiques chez des plantes transgéniques, des mutants ou des lignées d'insertions. 
- Des modèles de plantes virtuelles intégrant plusieurs fonctions, et testés dans des expériences au champ 

Notre équipe est financée par :
- l'INRA
- l'ANR (un projet Génoplante) en partenariat avec des laboratoires INRA et CNRS, et la société Biogemma.
- Le Challenge Programme Generation : deux programmes en cours en partenariat avec des centres de recherche du système international CGIAR (IRRI, CIMMYT), le CIRAD, une université (Queensland, Australie) et des programmes nationaux du Kenya et d'Inde 

Les scientifiques en charge du projet d’équipe sont :
François Tardieu, Pierre Martre, Olivier Turc, Claude Welcker, Christian Fournier, Boris Parent et Llorenç Cabrera-Bosquet