En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal CBGP logo Muse logo Cirad logo IRD logo SupAgro

Centre de Biologie pour la Gestion des Populations - UMR Inra, IRD, Cirad, Montpellier SupAgro

Faits marquants

Faits marquants institutionnels 2016-2017

 – INRA, département SPE

Drosophila suzukii déclenche la pourriture acide du raisin •
L’implication de Drosophila suzukii dans l’épidémie de pourriture acide qui frappa le vignoble en 2014 est suspectée, mais remise en cause par certaines observations au champ. En combinant analyses de terrain et expériences de laboratoire, nous montrons que D. suzukii peut provoquer la maladie. De plus, il y a synergie entre D. suzukii et D. melanogaster : la première déclenche la maladie tandis que la seconde est attirée, profite de la blessure sur le fruit pour y pondre et amplifie ainsi la maladie.
Contacts
Simon Fellous
Doctorant impliqué : Antoine Rombaut
→ En savoir plus

 Estimer les risques d’invasion d’arthropodes
Les invasions biologiques sont aujourd’hui considérées comme la deuxième cause d'extinction d'espèces et d'appauvrissement de la diversité biologique après la destruction des habitats naturels. Parmi les organismes envahissants, les arthropodes ravageurs occasionnent d’énormes pertes financières et menacent la santé des forêts, l’agriculture et la santé animale ou humaine. Afin d’améliorer l’estimation des risques d’invasion de ces animaux, Martin Godefroid réalise au CBGP une thèse intitulée « Estimation du risque d’invasion d’arthropodes de quarantaine : rôle du climat, de l’histoire évolutive et des traits d’histoire de vie ». Ces recherches sont encadrées par Jean-Pierre Rossi et Jean-Yves Rasplus et sont financées par le métaprogramme SMaCH (Sustainable Management of Crop Health).
Contacts
Jean-Pierre Rossi
Jean-Yves Rasplus
En savoir plus

 Une adaptation comportementale aux techniques de récolte apparue de façon répétée chez les foreuses du maïs européenne et asiatique
Un peu avant la moisson, les chenilles des pyrales O. nubilalis (en Europe) et O. furnacalis (en Asie) descendent vers le collet des cannes de maïs, passant ainsi sous la ligne de fauchage lors de la récolte et évitant par là une mort quasi-certaine. Ce comportement de géotaxie positive – qui est absent chez leur espèce jumelle, O. scapulalis, qui n'attaque elle pas le maïs – correspond certainement à une adaptation comportementale à la récolte du maïs (en particulier par les moissonneuses batteuses), qui serait apparue de façon répétée chez ces deux espèces de foreuses du maïs.
Contacts
Vincent Calcagno (unité ISA)
Denis Bourguet
En savoir plus

 – INRA, département EFPA

• Qui mange quoi : le metabarcoding appliqué aux chauve-souris et à leurs proies •
Les chiroptères jouent un rôle écologique majeur mais figurent parmi les espèces les plus menacées d'Europe. En partenariat avec le Laboratoire de Biométrie et Biologie Évolutive (LBBE) de Lyon, l’UMR chrono-environnement de Besançon et le groupement Poitou-Charentes Nature, nous conduisons un projet de recherche visant à étudier les causes du déclin de ces populations. Nous avons mis au point une approche par séquençage haut-débit permettant d’identifier génétiquement et simultanément, à partir de fèces, les espèces de chauves-souris hôtes et les espèces d’arthropodes prédatées.
Contacts
Maxime Galan
Nathalie Charbonnel
En savoir plus

• Des données pangénomiques permettent de retracer l'histoire d'un changement majeur de phénologie chez la processionnaire du pin •
La processionnaire du pin Thaumetopoea pityocampa est un insecte défoliateur méditerranéen urticant causant des problèmes de santé humaine et animale sur l'ensemble du bassin Méditerranéen. Une population à phénologie décalée, urticante en été et non en hiver, est étudiée en collaboration par le CBGP et l'Université de Lisbonne depuis une douzaine d'année. Le développement d'outils de génomique des populations a permis de retracer avec précision l'histoire de cette différentiation spectaculaire, qui remonte à 500 ans environ.
Contact
Carole Kerdelhué
En savoir plus

 – CIRAD

• Quand le criquet devient-il grégaire ? •
Le criquet pèlerin, habituellement solitaire et inoffensif, peut très rapidement devenir grégaire et former des essaims gigantesques, dévastateurs pour la végétation. Quels sont les mécanismes de cette grégarisation et les facteurs qui la déclenchent ? Avec la collaboration de la Commission de lutte contre le criquet pèlerin de la FAO et de plusieurs institutions d’Afrique du Nord et de l’Ouest, le Cirad a entrepris des recherches pour identifier les conditions environnementales et les densités d’insectes conduisant à cette grégarisation. Avec pour objectif de mieux anticiper et gérer les attaques de ce ravageur hors-norme.
Contact
Cyril Piou
→ En savoir plus

• Criquet pèlerin : une évolution du risque face au changement climatique •
Le criquet pèlerin est une espèce envahissante, très connue et redoutée pour les dégâts agricoles qu’elle peut causer à grande échelle. Cette espèce est particulièrement surveillée afin de prévenir les risques de pullulation et d’invasion. Les changements climatiques pourraient modifier l’aire de répartition du criquet pèlerin et constituer une nouvelle menace pour l’agriculture selon une étude publiée dans la revue Global Change Biology par des chercheurs du Cirad et de l’Inra.
Contacts
Marie-Pierre Chapuis
Christine Meynard
En savoir plus

 – IRD

• Première détection de leptospirose au Niger •
Zoonose essentiellement transmise via des eaux souillées par l’urine de mammifères infectés, la leptospirose a rarement été étudiée dans les régions arides comme le Sahel. Pour la première fois, une équipe de l’IRD, aidée de partenaires universitaires et institutionnels nigériens, a attesté, grâce à des analyses génétiques, la présence de rongeurs porteurs de bactéries pathogènes du genre Leptospira dans la ville de Niamey.
« Les rongeurs réservoirs de la maladie appartiennent tous à des espèces vivants exclusivement dans les jardins maraîchers qui bordent le fleuve Niger et ses affluents. À Niamey, les espèces que l’on retrouve partout ailleurs dans les maisons, bien que connues pour véhiculer des leptospires dans d’autres régions du monde, ne sont pas infectées. La bactérie ne circule donc que dans le milieu agricole urbain », précise Gauthier Dobigny.
Contact
Gauthier Dobigny
En savoir plus

• Leptospirose, la zoonose oubliée •
Problème de santé publique majeur au Sud, la leptospirose affecte au moins un million de personnes chaque année et coûte la vie à 60 000 d’entre elles. Pourtant, elle reste méconnue du public, mal prise en charge par les soignants, peu étudiée et sous-évaluée par les autorités sanitaires. Elle ne figure d’ailleurs pas dans la liste des maladies tropicales négligées. Son écologie évolue à la faveur de l’urbanisation et elle pourrait progresser encore avec le changement climatique. Les scientifiques de l’IRD et des organismes partenaires explorent divers aspects de cette maladie émergente et négligée...
Contact
Gauthier Dobigny
En savoir plus

• "Le rat noir, un envahisseur tributaire des transports" et "Une souris très invasive" au Sénégal •
Les recherches sur Rattus rattus au Sénégal, un rat invasif, révèlent des aspects inattendus de sa dynamique de peuplement. Les contraintes géoclimatiques, et la concurrence d’autres rongeurs commensaux, compliquent singulièrement son expansion... De même, un autre rongeur commensal de l’homme, la souris domestique, est parti à l’assaut du Sénégal depuis l’époque des comptoirs anglais et français...
Contacts
Carine Brouat
Laurent Granjon
En savoir plus