En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal CBGP logo Cirad logo IRD logo SupAgro

Centre de Biologie pour la Gestion des Populations - UMR Inra, IRD, Cirad, Montpellier SupAgro

Faits marquants

Faits marquants institutionnels

2014 – INRA, département SPE

Chronique d’une crise phytosanitaire annoncée : la punaise diabolique en France

La punaise diabolique, Halyomorpha halys est un insecte ravageur des cultures fruitières et maraîchères originaire d’Asie signalé en Europe en 2007 et en France en 2012. Une expertise collective a conclu que cette espèce pourrait coloniser la majeure partie du territoire français et infliger de lourdes pertes à de nombreuses productions agricoles. Nous avons développé et diffusé des outils de reconnaissance à destination des professionnels et du grand public. Nous testons actuellement divers outils pour améliorer l’épidémiosurveillance de cette espèce et informer le public. Au-delà de la punaise diabolique, ces progrès seront utiles pour mieux gérer les crises phytosanitaires à venir.

Contact : Jean-Claude Streito et Jean-Pierre Rossi, CBGP
En savoir plus

2014 – CIRAD, département Bios

Criquet pèlerin : des analyses de données historiques pour une meilleure gestion du risque

Le Criquet pèlerin, Schistocerca gregaria, est un ravageur majeur des cultures de l’Afrique de l’Ouest à l’Inde. Sa capacité à grégariser – à changer de comportement, de morphologie et de cycle de vie lorsque la densité d’individus augmente – lui confère un caractère particulièrement dévastateur à travers la formation de bandes larvaires et d’essaims destructeurs. Le seul moyen actuel d’éviter les dommages réside dans la mise en place d’un contrôle « préventif » consistant à chercher et à détruire les populations en train de grégariser. Ces grégarisations s’effectuent généralement dans des zones désertiques, où une végétation occasionnelle se développe, et le coût pour y envoyer des équipes de contrôle reste un facteur limitant. Le CIRAD, en collaboration avec la CLCPRO-FAO, a analysé des données collectées par ces équipes de terrain, en Mauritanie, pendant les neuf dernières années. Une relation entre la structure spatiale de la végétation et la densité d’individus générant la grégarisation a été mise en évidence. En couplant ces données à des images satellitaires caractérisant la végétation, des modèles statistiques ont été élaborés permettant de prédire la présence de criquets. Le contrôle préventif devrait pouvoir bénéficier de ces capacités prédictives par une réduction des zones à prospecter et une meilleure évaluation du risque de grégarisation dans un biotope donné.

Contact : Cyril Piou, CBGP
Partenaires : Commission de Lutte contre le Criquet Pèlerin en Région Occidentale de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO-CLCPRO) / Mauritanie : Centre National de Lutte Anti-acridienne (CNLA) / Maroc : Centre National de Lutte Anti-Acridienne (CNLAA) et Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Complexe Horticole d’Agadir.

Criquet pèlerin : une étude d’envergure perce le mystère des populations solitaires

Alors que les premières invasions de Criquets pèlerins frappent cette année l’Afrique orientale, des chercheurs du Cirad remettent en cause nombre d’hypothèses portant sur les criquets solitaires. Les résultats issus d’une étude génétique d’envergure menée en collaboration avec de nombreux partenaires africains sont surprenants et novateurs. Dans sa phase solitaire, on le croyait sédentaire. Il parcourt au contraire des kilomètres. On supposait ses populations fragiles. Elles sont pourtant parfaitement adaptées à leur environnement et présentent une capacité de recolonisation élevée et une diversité génétique à la fois forte et durable. Les populations solitaires, qui se déplacent rapidement, peuvent alors découvrir très vite les zones devenant favorables à la reproduction. Ces résultats modifient radicalement la vision que l’on avait des populations de criquets pèlerins solitaires. Ils permettront de renforcer la stratégie de surveillance et de prévention des invasions.

Contact : Marie-Pierre Chapuis, CBGP & Michel Lecoq

2013 – INRA, département EFPA

Google Street View© pour localiser des insectes invasifs

La chenille processionnaire du pin Thaumetopoea pityocampa est un insecte dont les larves tissent des nids d’hiver en soie de couleur blanche, notamment dans les arbres situés le long des routes. Cette particularité rend l’utilisation de Google Street View© très intéressante. Le système donne accès à des vues panoramiques le long des routes, et permet d’identifier de nombreux détails. Les chercheurs délimitent une aire d’observation qui recouvre une surface d’environ 47 000 km2 de la région Centre et qui est divisée en 183 « cellules d’échantillonnage » de 16x16 km. Pour chaque cellule, les chercheurs notent la présence ou l’absence de nids. Les données sont collectées par observation directe sur le terrain et via GSV. En les comparant, ils ont déterminé que GSV est un bon indicateur de valeurs mesurées sur le terrain et offre une fiabilité de l’ordre de 90% à cette résolution. Ces résultats ouvrent des perspectives importantes pour simplifier et diminuer les coûts d’acquisition de données pour étudier la présence d’organismes invasifs (par exemple la mineuse du marronnier ou la chalarose du frêne) et l’évolution de leur répartition géographique.

Contact : Jean Pierre Rossi, CBGP et Jérôme Rousselet URZF, Orléans
Communiqué de presse

 

Faits marquants CBGP (2008-2013)

  1. Co-diversification des figuiers et de leurs pollinisateurs
  2. Impact des changements climatiques passés sur l'évolution de communautés d'insectes
  3. Histoire des milieux africains au travers de celle des rongeurs
  4. Un ravageur peut en cacher un autre : le puceron vert du prunier Brachycaudus helichrysi est constitué de deux lignées aux cycles de vie contrastés
  5. Les acariens Tetranychidae : modèle d’étude en évolution et gestion de leurs populations
  6. Caractérisation des réservoirs de maladies émergentes
  7. La pyrale et la grande faucheuse
  8. Routes d’introduction et changements évolutifs au cours d’une invasion biologique

En savoir plus